Panier

No products in the cart.

×

ALORS, OÙ VA-T-ON? 

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

D'où vient ce malaise qui ne le quitte pas, cette sensation d'être piégé dans sa propre existence ? L'amour, l'argent, la consommation, le travail : aucune des valeurs prônées par la société américaine ne semble lui fournir la moindre solution.
Philip K. Dick - La voix de l’asphalte

Un peu trop de tout.

C’est l’Histoire de la fin d’un XXème siècle où l’on est passé de la disette à l’opulence, en quelques générations.
Nos grands paternels travaillaient avec leur mains. Les mains dans la terre, dans la science, sur un cahier à lignes annotées d’une écriture en courbes - ironie millénniale - tellement soignée qu’on aurait dit la police d’un .doc.
Nos parents ont mis à leur tour les mains à la pâte, remplacée par une machine. Folle entreprise que celle de l’industrie, croissance explosive et effrénée de biens aussi abondants qu’ils paraissaient nécessaires.
La consommation « de masse »*, pour la masse et par elle: un nombre grandissant d’objets par une proportion d'hommes et de femmes prenant progressivement l'identité de «consommateurs».

Puis l’objectif « suffisant » a fait son chemin vers le « trop ».

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

La supermasse, c’est nous. Habitués à une opulence dont on a perdu le sens et la notion de plaisir parce que le «trop de tout» est devenu notre normalité, notamment en matière de dressing.

Nous reconnaissons normale la publicité à profusion, nous admettons ordinaire la frustration générée par identités digitales factices de nos voisins de palier ou d’inconnus du bout du monde. 

Mais vouloir le tout comme la masse, c’est perdre une partie de son identité.
Trop de tout ne donne de sens à rien.

À vouloir être à quelqu’un, on finit par n’être personne
Allison De Villers 

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

Dans cette première collaboration, nous avons voulu retrouver notre identité vestimentaire.

Re-faire le zéro, partir du vide pour mieux se prêter à l’exercice de la renaissance.
Reconstruire à partir du rien.

Nous avons pris de la hauteur pour fuir l’ensevelissement, retrouver les couleurs du ciel au delà du filtre des images.
Perchés sur les toits pour mieux observer la ville agitée, qui certes nous rassure par la berceuse incessante de ses échos, mais au milieu de laquelle on ne s’entendait plus penser.
De là, on a réouvert nos classiques. Huxley, K. Dick ou Barjavel pour Professeurs, comme pour s’imprégner des fictions prophétiques de visionnaires, afin d’en déjouer la réalisation.

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

On a regardé nos nombrils, nos corps un peu fêlés par le système. On y a vu de la lumière à travers quelques cicatrices** qui nous ont ramené en mémoire notre humaine condition. Nos visages éclairés par la splendeur du crépuscule étaient marqués de toute la singularité qui nous caractérise.
Être humain, être unique, une volonté de bien faire qui nous dépasse, un sens de l’esthétique en commun.

Dans ce premier shooting, il y a peu de pièces, parce que l’on a souhaité concentrer la substantifique moelle du style à travers des vêtements riches de leur simplicité:
- des coupes zéro-chutes
- une fabrication sourcée, maîtrisée par des marques soucieuses de l’environnement et de leurs employés
- de l’unisexe, symbolique de notre volonté d’acheter moins mais aussi du partage
- de l’upcyclé: un sac à dos en pneu reconditionné, pour transformer le fardeau écologique de notre génération en énergie positive
- des messages pour faire de nos T-shirts des objets de manifestation pacifique

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

L’altruisme comme philosophie-à-porter.
Nous avons aussi changé le sens des objets: l’oeil du Big Brother qui traque devient le bon oeil qui nous veille.
En changeant de point de vue, nous avons fait mué notre réalité. Notre génération avance à tâtons dans un monde à l’héritage complexe et au futur fait d’interrogations, et si l’on ne peut pas choisir la destination, on peut en dessiner le chemin.

À la question Is there Life on mars? Nous préférons Is it human on earth?

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

C’est à nous de prendre la hauteur nécessaire pour surplomber les travers de la consommation massive, se passer des clones publicitaires et redéfinir notre identité.
Au XXIème siècle, nos mains sont dans le digital. Et nous avons confiance car nous aurons toujours sur lui la supériorité du coeur.

La vie doit continuer, c’est le message incompréhensible que nous portons en nous.
Edgar Morin

Victoire Satto 

.

Collab Front de Mode x TheGoodGoods - Direction Artistique @VictoireSatto - Photo @ClaireGrandnom 

Retrouvez l'intégralité du shooting sur Thegoodgoods


* Marie-Emmanuelle Chessel -Histoire de la consommation

** « Heureux soient les fêlés, ils laisseront passer la lumière » Audiard

Leave a Reply

Your email address will not be published.